|

www.alliance21.org > Groupes de travail > Réseaux socioprofessionnels > Exclus et précaires > Fiches d’expériences

Exclus et précaires

L’exclusion sociale dans l’Europe des années 1990

Un constat d'échec des politiques gouvernementales
L'exclusion sociale gagne du terrain dans l'UE (Union Européenne)depuis les années 1980, avec la crise économique et la mise en place du Marché Unique de 1993. Le taux de chômage dans l'UE est passé de 8,3% en Novembre 1990 à 10,7% fin 1993, soit 17 millions de personnes. La restructuration en cours dans l'UE produit deux axes de développement en courbe : l'un englobe Londres, Amsterdam, Paris et la Ruhr; l'autre va du Sud de l'Allemagne et du Nord de l'Italie au Sud de la France et au Nord-Est de l'Espagne. Cette restructuration modifie les chances d'accès à l'emploi et les risques de chômage, du fait de la modernisation du tissu économique ancien qui ne résiste pas aux pressions de la concurrence et des avancées technologiques.
L'augmentation des prestations sociales met en cause le niveau de la protection sociale : au Danemark, les prestations sociales représentent 20% des dépenses publiques et 25% du PNB (Produit National Brut). L'immigration accentue les phénomènes d'exclusion et déclenche des réactions de défense des groupes favorisés.
En retenant comme seuil de pauvreté 50% du revenu disponible moyen dans chaque Etat pris séparément, le nombre de pauvres était en 1987 de 44 millions, soit 4,5 millions de plus depuis 1980, en tout un huitième de la population totale de l'UE. Le plus fort taux de pauvreté se rencontre dans les pays les plus pauvres : Grèce, Portugal, Irlande, Espagne. De plus en plus, les chômeurs sont issus des classes pauvres, et la masse des pauvres qui ont un emploi augmente. Le nombre des familles monoparentales exposées à la pauvreté augmente, par manque de crêches. Le chômage est inégalement réparti, surtout en Italie, en Belgique et au Portugal, où un noyau organisé de population active a su préserver emploi et protection sociale au détriment des groupes plus vulnérables.
Les handicaps sont multiples : le nombre des sans-abri augmente (au Royaume Uni, 27% de plus en qu'en 89. Les législations varient: accueil des célibataires hommes dans des foyers (Belgique), encouragements à l'accession à la propriété des locataires par des prêts à taux préférentiels (mais la hausse des taux et le chômage ont entraîné de nombreuses expulsions au Royaume-Uni). Les disparités devant l'éducation sont importantes : 10% à 25% des enfants quittent le système scolaire sans diplôme, les efforts entrepris pour y remèdier sont sans effet sensible. Il y a concentration spectaculaire de ces handicaps multiples dans certains quartiers de grandes villes.
L'exclusion sociale s'étend malgré les programmes mis en place pour la combattre. La persistance de la pauvreté dans les sociétés riches doit conduire à analyser les conflits d'intérêts entre les acteurs sociaux et politiques.



LES AUTEURS

Gilles SOTINEL
PIVOD : Prostective Innovation Valorisation (...)
+ de 1 article(s)



Fiches d’expériences

- Un atelier Communiquer Lire Ecrire, au Resto du Coeur mise en oeuvre d’une pédagogie concertée formatrice - bénévoles
- Recréer du lien par l’écriture
- Un lieu d’accueil et d’insertion : CAFES
- A Aix-les-Bains les bénéficiaires du RMI sont accueillis par petits groupes afin de favoriser l’expression de leurs attentes et besoins
- Construire et mener une action de formation avec des jeunes du voyage
- Le rôle des professionnelles : s’impliquer pour un réel échange
- L’Espoir du Londeau : un lieu de prévention primaire où rétablir les liens sociaux
- La mise en place d’une ’communauté citoyenne’ en Alsace
- L’expérience lilloise d’une université populaire comme relais social
- Atteindre les personnes les plus pauvres
- Insertion et développement local : l’expérience de l’association Praticiens de l’Action et de la Réflexion pour l’Insertion, PARI
- Le réseau ALERTE interpelle les pouvoirs publics et l’ensemble de la population pour un pacte contre l’exclusion et la pauvreté
- Droit Pauvreté : cahier de revendication élaboré lors des réunions des ’caves’ (Belgique)
- La logique de l’exclusion : une histoire qui se répète
- Pour une amélioration des politiques publiques de lutte contre l’exclusion : Les propositions du Commissariat général du Plan
- Des Français de plus en plus pauvres dans une France de plus en plus riche
- L’honneur des pauvres
- La Commune de Lutterbach joue l’insertion
- Accompagnement et insertion
- Rupture du lien social : risque planétaire majeur
- Les universités populaires Quart-Monde
- La première boutique solidarité à Marseille, France
- Formes originales d’aide à domicile
- Une insertion globale à Paris grâce au financement de particuliers unis aux personnes défavorisées par des liens d’amitié
- La boutique solidarité à Bourges, France, un accueil de jour pour satisfaire les besoins quotidiens des sans domicile fixe
- Exclusion au Nord comme au Sud
- Intervention publique et dynamique sociale dans la production d’un nouvel espace de pauvreté urbaine
- Les rapports des exclus avec les institutions
- L’univers personnel et les problèmes familiaux dans l’exclusion
- Le rôle déterminant de l’éducation et de la formation au regard de l’insertion ou de l’exclusion
- Le phénomène de l’exclusion sociale au Brésil
- La notion d’exclusion sociale
- Exclus... changer de rôle : du spectateur au créateur
- 29 Giugno, la première coopérative de détenus en Europe


1999-2009 Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire. RSS Mentions légales Suivre la vie du site