|

www.alliance21.org > Groupes de travail > Réseaux socioprofessionnels > Exclus et précaires > Fiches d’expériences

Exclus et précaires

Une insertion globale à Paris grâce au financement de particuliers unis aux personnes défavorisées par des liens d’amitié

OBJECTIF : Insérer les personnes dans toutes les dimensions de la vie sociale, à travers la mise à disposition d'un logement, mais aussi un suivi personnalisé et collectif des individus hébergés. L'objectif est donc double : d'une part, on vise à solidariser les particuliers qui disposent de capitaux à placer en les invitant à investir dans un projet d'insertion par le logement; d'autre part, on crée des relations d'amitié entre ces personnes et les individus en voie d'exclusion.
LOCAUX : Un appartement est loué pour une durée d'un an renouvelable. La durée moyenne de location est en fait de dix-huit mois. Vingt-sept logements sont aujourd'hui occupés et trente autres sont en vue. Les premiers se situent dans l'Essonne et dans les XVIIIè, XIXè et XXè arrondissements de Paris.
POPULATIONS CONCERNEES : Sans Domiciles Fixes, familles expulsées, squatters, clients de marchands de sommeil. Afin de favoriser l'insertion des personnes hébergées, l'association tient à ce qu'elles restent proches, spatialement et socialement, des propriétaires qui les accueillent.
RESEAU INITIATEUR : Association 1901, créée en 1990, Solidarité Nouvelle Logement fédère à ce jour 10 groupes locaux de solidarité composés des propriétaires et de leurs locataires. Sept autres sont en voie de création. A l'origine, quatre familles décident de réunir leur fonds afin d'aménager deux chambres de bonnes pour dépanner leurs amis en cas d'urgence. Par bouche à oreille, le système a encouragé des demandes en provenance d'autres personnes. L'association est née en vue d'encourager d'autres bailleurs à adopter le dispositif, en leur faisant découvrir les possibilités de financement public et l'intérêt de diviser les frais de rénovation à plusieurs. Elle ne reçoit aucune cotisation, son objectif étant de rester une structure souple. La professionnalisation a néanmoins rendu nécessaire la création de quatre postes de salariés à temps partiel.
RESEAU DE SOUTIEN : Les travailleurs sociaux des collectivités publiques, la CAF, le PACT, l'ANAH, la Région. La Fondation Abbé Pierre et des associations caritatives telles que le secours catholique, les conférences Saint-Vincent-de-Paul participent au système en échange d'un droit de réservation.
SERVICES OFFERTS : Les sept ou huit personnes qui financent un logement et le mettent à disposition composent un groupe de solidarité local qui comprend la personne ou le couple à accompagner socialement. Le locataire participe aux décisions en tant que membre de plein droit. La réinsertion n'est pas seulement fondée sur l'hébergement, mais aussi et surtout sur l'amitié, sur le lien social recréé à partir du groupe. La personne accueillie bénéficie du soutien de deux "accompagnateurs" qu'elle rencontre une fois par semaine et qui la conseillent dans ses démarches.
OBLIGATIONS DES PERSONNES ACCUEILLIES : Certaines sont parties, n'acceptant pas d'être "accompagnés", craignant l'"inquisition". Les autres s'inscrivent dans le dispositif et apprennent avec le temps à prendre la parole. Les locataires versent un loyer de 500-600 francs français par mois. Une caution mensualisée de 300 F/mois leur est rendue lors de leur départ afin de faciliter leur relogement.
SOURCES DE FINANCEMENT : Pour un logement de 300.000 francs français, les subventions publiques de l'Agence Nationale pour l'Amélioration de l'Habitat interviennent pour 160.000 F, les associations privées (dont la Fondation Abbé Pierre et le Secours Catholique)pour 30.000, les emprunts auprès de collecteurs à hauteur de 50.000 et les fonds privés pour 50.000 francs.

L'expérience est tout à fait convaincante. Le dispositif initial a eu un effet "boule de neige"; les groupes de solidarité s'enrichissent en termes de logements et de membres.
Depuis la création du dispositif, 97 personnes ont été accueillies et 55 ont trouvé un logement "définitif". L'accompagnement paraît si efficace qu'un SDF s'est récemment marié et qu'une jeune immigrée anciennement bénéficiaire du système entreprend actuellement de monter un groupe de solidarité.


LES AUTEURS

Emmanuel PEIGNARD
Emmanuel Peignard est sociologue et chercheur (...)
+ de 7 article(s)



Fiches d’expériences

- Un atelier Communiquer Lire Ecrire, au Resto du Coeur mise en oeuvre d’une pédagogie concertée formatrice - bénévoles
- Recréer du lien par l’écriture
- Un lieu d’accueil et d’insertion : CAFES
- A Aix-les-Bains les bénéficiaires du RMI sont accueillis par petits groupes afin de favoriser l’expression de leurs attentes et besoins
- Construire et mener une action de formation avec des jeunes du voyage
- Le rôle des professionnelles : s’impliquer pour un réel échange
- L’Espoir du Londeau : un lieu de prévention primaire où rétablir les liens sociaux
- La mise en place d’une ’communauté citoyenne’ en Alsace
- L’expérience lilloise d’une université populaire comme relais social
- Atteindre les personnes les plus pauvres
- Insertion et développement local : l’expérience de l’association Praticiens de l’Action et de la Réflexion pour l’Insertion, PARI
- Le réseau ALERTE interpelle les pouvoirs publics et l’ensemble de la population pour un pacte contre l’exclusion et la pauvreté
- Droit Pauvreté : cahier de revendication élaboré lors des réunions des ’caves’ (Belgique)
- La logique de l’exclusion : une histoire qui se répète
- Pour une amélioration des politiques publiques de lutte contre l’exclusion : Les propositions du Commissariat général du Plan
- Des Français de plus en plus pauvres dans une France de plus en plus riche
- L’honneur des pauvres
- La Commune de Lutterbach joue l’insertion
- Accompagnement et insertion
- Rupture du lien social : risque planétaire majeur
- Les universités populaires Quart-Monde
- La première boutique solidarité à Marseille, France
- Formes originales d’aide à domicile
- La boutique solidarité à Bourges, France, un accueil de jour pour satisfaire les besoins quotidiens des sans domicile fixe
- L’exclusion sociale dans l’Europe des années 1990
- Exclusion au Nord comme au Sud
- Intervention publique et dynamique sociale dans la production d’un nouvel espace de pauvreté urbaine
- Les rapports des exclus avec les institutions
- L’univers personnel et les problèmes familiaux dans l’exclusion
- Le rôle déterminant de l’éducation et de la formation au regard de l’insertion ou de l’exclusion
- Le phénomène de l’exclusion sociale au Brésil
- La notion d’exclusion sociale
- Exclus... changer de rôle : du spectateur au créateur
- 29 Giugno, la première coopérative de détenus en Europe


1999-2009 Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire. RSS Mentions légales Suivre la vie du site