| Español |

www.alliance21.org > Groupes de travail > Réseaux socioprofessionnels > Exclus et précaires > Fiches d’expériences

Exclus et précaires

La logique de l’exclusion : une histoire qui se répète

Depuis la période coloniale, l'occupation du territoire colombien a été marquée par une logique d'exclusion-inclusion qui, tandis qu'elle privilégiait certaines zones, en abandonnait d'autres en fonction des intérêts de la métropole: développement de ports qui communiquaient avec l'extérieur au détriment d'autres zones andines exclues de l'intérêt de la couronne espagnole. Cette logique d'occupation territoriale -appuyée sur la dichotomie civilisation/barbarie- ne disparaît pas avec l'avènement de la République. Au contraire, elle se reproduit. Elle est encore aujourd'hui à la base des conflits de la société colombienne et, de l'avis de l'auteur, "elle marque aussi bien le comportement politique de l'Etat que celui des forces contestataires".
Cette logique de l'exclusion s"exprime sur le terrain des acteurs et au niveau territorial. En ce qui concerne les acteurs il y a, d'une part, d'importants groupes de population qui, se trouvant hors du cadre bipartite, manquent de mécanismes d'insertion sociale et politique ("minorités politiques" exclues)et, d'autre part, des forces contestataires qui appliquent la même logique d'exclusion et d'intolérance à l'égard de l'Etat (la contrepartie de non-légitimité de l'Etat)et qui "ne partagent pas ses idées".
Au niveau territorial, elle s'exprime par l'existence de zones de faible intégration à la Nation, qu'elle soit sociale, culturelle ou politique. Ce sont les zones dites d'exclusion où la violence s'est enracinée avec une force particulière. Des zones à haut risque de conflits où la présence précaire voire inexistante de l'Etat permet l'affrontement direct entre les acteurs sans la médiation d'un espace public pour la résolution des conflits.
Malgré les transformations profondes de la société colombienne au cours de ces dernières décennies, il semblerait qu'il y ait, en ce qui concerne la violence, une ligne saillante de continuité entre les espaces, les acteurs, et les logiques d'action. Le résultat: de nouveaux fronts de conflits, de nouveaux acteurs, mais surtout les mêmes mécanismes et les même logiques d'exclusion.

Malgré les différences et les ruptures indéniables des "violences" colombiennes, l'une des grandes lignes de continuité semble être la logique permanente d'exclusion qui prédomine dans le déroulement et le traitement des différents conflits. En effet, ils ont tous été marqués par "des pratiques d'exclusion, séculairement imposées à ceux qui professent le désaccord". Cette absence de mécanismes "d'intégration consensuelle et démocratique" fait de la société colombienne une société condamnée à la répétition des conflits violents et ceci met en évidence la nécessité de nouvelles références culturelles qui rendent possible l'existence de "l'autre" et qui rompent avec la logique de l'exclusion.


LES AUTEURS

Elsa BLAIR
Socióloga de la Universidad de Antioquia. (...)
+ de 3 article(s)



Fiches d’expériences

- Un atelier Communiquer Lire Ecrire, au Resto du Coeur mise en oeuvre d’une pédagogie concertée formatrice - bénévoles
- Recréer du lien par l’écriture
- Un lieu d’accueil et d’insertion : CAFES
- A Aix-les-Bains les bénéficiaires du RMI sont accueillis par petits groupes afin de favoriser l’expression de leurs attentes et besoins
- Construire et mener une action de formation avec des jeunes du voyage
- Le rôle des professionnelles : s’impliquer pour un réel échange
- L’Espoir du Londeau : un lieu de prévention primaire où rétablir les liens sociaux
- La mise en place d’une ’communauté citoyenne’ en Alsace
- L’expérience lilloise d’une université populaire comme relais social
- Atteindre les personnes les plus pauvres
- Insertion et développement local : l’expérience de l’association Praticiens de l’Action et de la Réflexion pour l’Insertion, PARI
- Le réseau ALERTE interpelle les pouvoirs publics et l’ensemble de la population pour un pacte contre l’exclusion et la pauvreté
- Droit Pauvreté : cahier de revendication élaboré lors des réunions des ’caves’ (Belgique)
- Pour une amélioration des politiques publiques de lutte contre l’exclusion : Les propositions du Commissariat général du Plan
- Des Français de plus en plus pauvres dans une France de plus en plus riche
- L’honneur des pauvres
- La Commune de Lutterbach joue l’insertion
- Accompagnement et insertion
- Rupture du lien social : risque planétaire majeur
- Les universités populaires Quart-Monde
- La première boutique solidarité à Marseille, France
- Formes originales d’aide à domicile
- Une insertion globale à Paris grâce au financement de particuliers unis aux personnes défavorisées par des liens d’amitié
- La boutique solidarité à Bourges, France, un accueil de jour pour satisfaire les besoins quotidiens des sans domicile fixe
- L’exclusion sociale dans l’Europe des années 1990
- Exclusion au Nord comme au Sud
- Intervention publique et dynamique sociale dans la production d’un nouvel espace de pauvreté urbaine
- Les rapports des exclus avec les institutions
- L’univers personnel et les problèmes familiaux dans l’exclusion
- Le rôle déterminant de l’éducation et de la formation au regard de l’insertion ou de l’exclusion
- Le phénomène de l’exclusion sociale au Brésil
- La notion d’exclusion sociale
- Exclus... changer de rôle : du spectateur au créateur
- 29 Giugno, la première coopérative de détenus en Europe


1999-2009 Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire. RSS Mentions légales Suivre la vie du site