|

www.alliance21.org > Groupes de travail > Réseaux socioprofessionnels > Exclus et précaires > Fiches d’expériences

Exclus et précaires

Un atelier Communiquer Lire Ecrire, au Resto du Coeur mise en oeuvre d’une pédagogie concertée formatrice - bénévoles

L'action des Restos du coeur est connue sous l'angle de la distribution alimentaire. Initiée par une star du show-biz, elle a été largement médiatisée. Cependant l'association a évolué et a diversifié sa palette d'interventions en fonction des besoins des bénéficiaires. Complémentaires aux Restos du coeur, les Relais du coeur s'attachent à proposer un espace de convivialité, dans lequel différentes activités peuvent prendre place.
A Tignieu, commune du Nord Isère, située dans l'agglomération de Crémieu et Pont de Chéruy, les bénévoles du Resto du coeur se sont investis dans une action d'apprentissage de la lecture et de l'écriture qui a démarré en novembre 1998.
Ce besoin s'est révélé à travers des interpellations directes des bénéficiaires mais aussi, l'observation de mères de familles étrangères qui se faisaient accompagner par de jeunes enfants pour traduire ou lire les éventuels écrits.
Pour les deux responsables du groupe local, la première nécessité était de s'informer, de se former. Des rencontres avec des organismes de formation, avec des associations les ont vite convaincu qu'ils ne peuvent à eux seuls assurer le temps d'apprentissage et qu'ils est nécessaire de faire appel à des formateurs.
Parallèlement, au niveau national, les Restos du coeur établissent une convention avec le Groupe Permanent de Lutte contre l'Illettrisme, GPLI, et sollicitent la création d'ateliers CLE (Communication Lecture Ecriture) en assurant la possibilité de financement. Ce lien avec le GPLI les met en contact avec les Centres Ressources Illettrisme de Lyon puis de Grenoble. Auprès de ces centres, ils trouvent un accompagnement et des conseils.
Dès lors, au moment de l'inscription pour la distribution de repas, ils font remplir aux bénéficiaires une fiche personnelle qui sert de support pour évaluer leurs difficultés avec l'écrit. Les questions posées se rapportent à la vie quotidienne, les conditions de logement, les loisirs Les réponses se font soit en cochant des cases, soit en ajoutant quelques mots. Entre janvier et mars 1998, ils repèrent 22 personnes rencontrant des difficultés.
Mais la campagne d'hiver se termine. L'inter-campagne est une période plus creuse pendant laquelle les barèmes pour avoir droit aux colis alimentaires sont beaucoup plus bas. Le nombre de bénéficiaires passe alors de 300 à 60 familles.
L'activité redémarre donc avec la campagne d'hiver suivante et en novembre 98, l'atelier CLE peut démarrer avec la participation d'une formatrice. Celle-ci a été sélectionnée en fonction de deux exigences :
- respecter l'esprit des Restos du coeur (pas de politique, pas de religion, un bon contact avec les bénéficiaires )
- accepter la présence des bénévoles qui ont une relation plus suivie avec les bénéficiaires et dont la fonction pressentie est de relancer, motiver et suivre les participants.
10 participants sont inscrits, 6 à 8 seront réguliers tout au long de l'année. Il s'agit aussi bien de femmes que d'hommes, turcs, maghrébins et arméniens. Un français d'origine gitane participait au départ.
L'apport de la formatrice est très important et la nécessité de son intervention est reconnue par les bénévoles. Tout au long de l'année, elle propose un cursus assez peu scolaire qui alterne projets collectifs et thématiques et un travail individualisé selon les besoins de chacun (calligraphie, lecture et approfondissement grammatical, écriture ). Les ateliers commencent par l'écriture de la date du jour et la déclinaison des événements marquants de la semaine. Les séances thématiques sont très diverses :
- repères dans le temps et l'espace (comment s'organiser pour être disponible pour l'atelier ?)
- expression orale à partir de photo langage,
- lecture de poésies et écriture d'un poème collectif,
- réflexion à partir d'un texte sur le racisme,
- enquête sur les restos du c ur et écriture d'un article collectif en s'appuyant sur les compétences de chacun
Un travail spécifique mérite une attention particulière. En début d'année, la formatrice a fait travailler le groupe sur les formes géométriques (carré, triangle, rond ). La poursuite de ce travail s'est déroulée par la proposition de réaliser un tableau collectif qui représente les restos du c ur. Les hommes ont fait les dessins, puis les femmes ont brodé. Elles ont ajouté leurs prénoms. Les deux toiles appartiennent au groupe, lorsque l'une des brodeuses a dit ma broderie, les hommes l'ont repris, c'est notre maison.
D'origine chilienne, la formatrice a emprunté l'idée aux travaux que les femmes réalisaient durant la dictature : les "arpilleras". A travers ces toiles et ce qu'elles écrivaient au dos, les femmes faisaient passer un message. Pour le groupe, la richesse de cette aventure collective s'est conjuguée à un travail sur les formes, l'expression. Réalisé en grande partie lors des temps de Relais du coeur et avec la présence d'une bénévole, cet ouvrage leur a permis de discuter, et finalement de travailler l'expression orale. D'autres mini-ateliers avaient lieu les mardis ou jeudis après midi, mini-atelier de lecture ou d'écriture notamment pour apprendre à écrire son prénom. Chacun de ces ateliers est animé par un bénévole qui poursuit ainsi le travail entrepris en atelier CLE.
Tous les quinze jours les bénévoles font le point avec la formatrice, une façon pour eux d'être formés, de faire des propositions et participer davantage à l'action.

Un atelier hebdomadaire comme celui-ci ne peut pas remplacer le travail effectué en centre de formation. Pour le responsable des "Restos du coeur" cet atelier est avant tout un atelier d'insertion sociale qui peut servir de relais vers les centres de formations. L'une des participantes a besoin de cours plus intensifs et une orientation vers le Greta est envisagée. Cependant, la méthode entreprise met en valeur la diversité des moyens pour aller à l'écrit. L'écrit apparaît au centre de la vie et les moyens pour l'atteindre sont multiples.


LES AUTEURS

Henriette NALLET
IRIS : Isère Relais Illettrismes
+ de 4 article(s)



Fiches d’expériences

- Recréer du lien par l’écriture
- Un lieu d’accueil et d’insertion : CAFES
- A Aix-les-Bains les bénéficiaires du RMI sont accueillis par petits groupes afin de favoriser l’expression de leurs attentes et besoins
- Construire et mener une action de formation avec des jeunes du voyage
- Le rôle des professionnelles : s’impliquer pour un réel échange
- L’Espoir du Londeau : un lieu de prévention primaire où rétablir les liens sociaux
- La mise en place d’une ’communauté citoyenne’ en Alsace
- L’expérience lilloise d’une université populaire comme relais social
- Atteindre les personnes les plus pauvres
- Insertion et développement local : l’expérience de l’association Praticiens de l’Action et de la Réflexion pour l’Insertion, PARI
- Le réseau ALERTE interpelle les pouvoirs publics et l’ensemble de la population pour un pacte contre l’exclusion et la pauvreté
- Droit Pauvreté : cahier de revendication élaboré lors des réunions des ’caves’ (Belgique)
- La logique de l’exclusion : une histoire qui se répète
- Pour une amélioration des politiques publiques de lutte contre l’exclusion : Les propositions du Commissariat général du Plan
- Des Français de plus en plus pauvres dans une France de plus en plus riche
- L’honneur des pauvres
- La Commune de Lutterbach joue l’insertion
- Accompagnement et insertion
- Rupture du lien social : risque planétaire majeur
- Les universités populaires Quart-Monde
- La première boutique solidarité à Marseille, France
- Formes originales d’aide à domicile
- Une insertion globale à Paris grâce au financement de particuliers unis aux personnes défavorisées par des liens d’amitié
- La boutique solidarité à Bourges, France, un accueil de jour pour satisfaire les besoins quotidiens des sans domicile fixe
- L’exclusion sociale dans l’Europe des années 1990
- Exclusion au Nord comme au Sud
- Intervention publique et dynamique sociale dans la production d’un nouvel espace de pauvreté urbaine
- Les rapports des exclus avec les institutions
- L’univers personnel et les problèmes familiaux dans l’exclusion
- Le rôle déterminant de l’éducation et de la formation au regard de l’insertion ou de l’exclusion
- Le phénomène de l’exclusion sociale au Brésil
- La notion d’exclusion sociale
- Exclus... changer de rôle : du spectateur au créateur
- 29 Giugno, la première coopérative de détenus en Europe


1999-2009 Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire. RSS Mentions légales Suivre la vie du site