|

www.alliance21.org > Groupes de travail > Réseaux socioprofessionnels > Chefs et cadres d’entreprise > Fiches d’expériences

Chefs et cadres d’entreprise

Entreprendre en milieu défavorisé -29-

Projet de l'entreprise privée -VITA-, Tchad
Le projet de l'entreprise privée a démarré au Tchad en juillet 84 à N'Djaména et en juillet 91 à Moundou avec un financement de l'USAID, mis en oeuvre par une organisation américaine: Volunteers In Technical Assistance (VITA). Le projet compte 40 salariés dont 20 cadres (6 à Moundou).
Il s'agissait au départ d'appuyer la promotion de petites et moyennes entreprises en mettant à leur disposition des fonds accompagnés de conseils en gestion. Toutefois, pour assurer la viabilité du programme (augmenter le volume de crédits distribués), le projet a du s'ouvrir aux promoteurs de micro-activités économiques.
1 - LE CREDIT
- Critères appliqués au projet:
* rentabilité et fiabilité
* création d'emplois
* amélioration des revenus et du niveau de vie du promoteur
* competition et concurrence.
- Critères appliqués au promoteur:
* être du métier
* être en règle avec l'administration
* justifier d'une certaine comptabilité
* être disponible, coopératif et prêt à accepter les conseils d'autrui
* être solvable, sérieux et respectueux des engagements.
Les critères applicables aux promoteurs de micro-activités sont plus souples afin de faciliter l'accés au crédit.
Il est exigé un apport personnel des promoteurs témoignant de leur attachement au projet et du partage du risque.
Modalités:
Les demandes de crédit inférieures à 300 000 FCFA (1 FF= 50 FCFA)sont considérées comme concernant des micro-activités. La durée de ce type de crédit varie entre 3 et 6 mois.
Pour les demandes de crédit supérieures à 300 000 FCFA, le délai est de 6 à 18 mois.
Le taux pratiqué actuellement est de 13 %. C'est un taux commercial susceptible de connaître des variations.
Garanties:
* aval d'une tierce personne
* nantissement du matériel acheté avec le prêt ou autre,
* gage sur les véhicules et équipements de valeur
* hypothèque sur les maisons ayant un tierce foncier
* caution solidaire du groupe (pour la clientèle "micro").
2 - INCITATION A L'EPARGNE
L'épargne obligatoire correspond à 10% du prêt durant toute sa durée. L'épargne volontaire est stimulée puisqu'au moment du remboursement, le montant d'un nouveau crédit est calculé sur la base du capital remboursé plus deux fois le montant de l'épargne (obligatoire et volontaire).
3 - SUIVI-CONSEIL
Il passe notamment par l'élaboration de comptes d'exploitation prévisionnels (dossiers de demande de prêts)et récapitulatifs (suivi durant le prêt). Les dépenses familiales sont prises en compte dans l'élaboration de ces comptes d'exploitation.
A moyen terme, les appuis en conseil formation doivent permettre aux responsables de PME:
- d'utiliser un système comptable
- de faire un plan de trésorerie
- d'utiliser les services des banques
- d'arriver un jour à présenter un dossier bancaire de plus grande envergure que celui traité avec VITA-PEP.
Les frais de dossier sont de:
- 1000 FCFA pour tout prêt inférieur ou égal à 25 000 FCFA
- 4% du montant du prêt pour tout prêt supérieur à 25 000 FCFA
- 6% du montant accordé par VITA en cas de co-financement avec les banques commerciales.
4 - RESULTATS
A Moundou, aprés deux ans d'activités, le projet a financé environ 300 micro-activités économiques. La majorité sont des activités commerciales (taux de remboursement de 97-98 %).
Une cinquantaine de prêts ont été accordés aux PME avec un taux de recouvrement se situant entre 77 et 78 % (marasme économique touchant plus particulièrement ces activités, troubles et insécurité).
Une épargne obligatoire d'un 1 800 000 FCFA a été collectée. Le montant de l'épargne volontaire est de 600 000 FCFA.

A retenir de cette expérience:
- la nécessité d'élargir le public cible à des promoteurs de micro-activités pour assurer la viabilité de la sructure
- la prise en compte des dépenses familiales dans la comptabilité de l'entreprise
- le dilemme dans lequel se trouve pris VITA: la nécessité de maintenir le suivi-conseil pour assurer un bon taux de remboursement et la difficulté à parvenir à l'autofinancement étant donné le coût élevé de ce suivi conseil.


LES AUTEURS

Catherine CHAZE
CIDR : Centre International de Développement (...)
+ de 3 article(s)



Fiches d’expériences

- Biopress, artisan des huiles bio ou comment gérer la construction d’une filière solide
- En amont de la microentreprise
- Entreprendre en milieu défavorisé -25-
- Famille et entreprise
- Formation des cadres du développement rural du Sud
- Gérer une crise avant qu’elle n’éclate et organiser le changement alors que tout va bien
- L’Afrique qui réussit
- L’Agence Nationale pour la Création et le Développement des nouvelles Entreprises -ANCE-
- L’Association pour le Droit à l’Initiative Economique -ADIE-
- L’entreprise : un ’système humain’
- L’histoire de RESOPOLE, entreprise en réseau de conseil et d’ingénierie du Développement Durable
- La capitalisation d’expériences et de connaissances en entreprise : cherchez le bénéfice
- La médiation en entreprise
- La réforme comptable et la comptabilité de l’entreprise en Russie
- La SARL AZH Multi services
- Le capital au risque de la solidarité : une épargne collective pour la création d’entreprises employant des jeunes et des chômeurs de longue durée
- Le moteur du changement dans les entreprises
- Oser créer
- Partenariat public - privé : à la recherche de l’équilibre
- Synergies pour la création d’entreprises : un impact réel et visible
- Typologie des acteurs engagés dans la création de micro-entreprises et d’activités économiques dans les pays andins
- Un difficile équilibre pour une entreprise du Zimbabwe
- Une expérience de vente de produits antillais


1999-2009 Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire. RSS Mentions légales Suivre la vie du site