|

www.alliance21.org > Groupes de travail > Groupes thématiques > Gestion intégrée des territoires > Fiches d’expériences > Seconde partie : de nouvelles manières de faire

Gestion intégrée des territoires

Un éco-audit dans une ville allemande

Et si les communes prenaient exemple sur les entreprises ?
L'ordonnance européenne de l'éco-audit qui existe depuis 1995 est un instrument aux service des entreprises. Mais il peut également aider les communes à améliorer leur gestion. Actuellement, une vingtaine de communes en Allemagne de toutes les tailles (depuis Nuremberg jusqu'à Nidderau)utilisent cet instrument pour leurs propres besoins. Une commune fonctionne à beaucoup d'égards comme une entreprise : elle consomme des ressources (matériaux de bureau, de l'eau, de l'énergie...), produit et rejette des déchets, des eaux usées, du bruit...)La mise au point d'un système de gestion écologique qui ressemble à celui conçu pour les entreprises peut contribuer à rendre plus efficace l'efficience de la protection de l'environnement communal. Il est vrai qu'une commune ne peut recevoir ni label ni certification, mais elle a la liberté d'utiliser les prescriptions conçues pour les entreprises à sa façon en n'attachant d'importance qu'aux résultats. L'audit peut se faire à deux niveaux:
- au niveau de l'administration communale qui fonctionne comme une entreprise, - au niveau de toute la commune.
La deuxième démarche, bien plus exigeante, concerne tous les acteurs, depuis les ménages jusqu'aux entreprises.
L'éco-audit à Biebesheim : Biebesheim, petite commune de 6500 habitants, a accepté de se faire auditer par l'Eco-Institut, un institut de recherche indépendant. Le résultat de l'audit a donné lieu à une publication présentant les résultats et des recommandations.
Le premier éco-audit n'est que la première étape permettant d'envisager la mise sur pied d'un système de gestion écologique. Une deuxième étape devra tester ce système en vérifiant qu'il remplit l'objectif d'amélioriation constante de l'environnment.
L'étude souligne l'importance primordiale de quatre démarches :
1. Dresser l'inventaire, (Bestandsaufnahme)et faire une analyse des points faibles ; 2. Formuler une politique de l'environnement ; 3. Formuler des objectifs et des mesures adaptées pour la mise en pratique ; 4. Formuler une déclaration pour la protection de l'environnement
1. L'inventaire consiste en deux parties : - de l'évaluation des effets des activités de la commune sur l'environnement, - et de l'analyse du système de gestion pour la protection de l'environnement.
A Biebesheim, la pollution avait diminué grâce à différentes initiatives dans les domaines des déchets, de l'énergie et du traitement de l'eau de pluie. Mais l'annalyse du système de gestion releva beaucoup de points faibles. L'étude passe en revue les avantages et les désavantages des formules d'organisation possibles et recommande la mise sur pied d' un groupe de travail avec des membres de tous les services de l'administration concernés ; c'est une formule qui a fait ses preuves dans de nombreuses autres petites villes. Pourtant, soulignent les auteurs, la meilleure organisation sert peu s'il y a manque de motivation. Pour la soutenir, ils font un certain nombre de recommandations, par exemple : des formations pour tous les membres de l'administration, des enquêtes pour connaître les idées et les propositions des personnes impliquées, des actions médiatiques telles que des journées de l'environnement.
2. La définition des lignes de force d'une politique de l'environnement donne un cadre d'orientation à toutes les personnes concernées si elle est faite selon les critères d'une gestion moderne de l'entreprise. Loin d'une belle déclaration d'intention assez générale, elle doit refléter les réalités. Au lieu de déduire uniquement les objectifs des règlements établis, il vaut mieux en débattre sur place, avec de nombreux responsables, en conférant aux experts un rôle de conseillers.
3. Il importe que les objectifs indiquent des mesures concrètes et des résultats quantifiables. (par exemple : la consommation énergétique des bâtiments sera réduite de x pour cent en l'an 2000, tous les nouveaux bâtiments publics seront construits selon des critères HQE, etc). La publication des objectifs permet à la population et aux fonctionnaires de s'y identifier et de suivre activement les réalisations en cours.
4. La déclaration d'une politique d'environnement renforce la communication entre les responsables politiques et la population. Le texte doit présenter, aussi précisément que possible, quels sont les effets de la vie communale sur l'environnement et quelle est la marge d'influence de la commune concernée pour réduire les nuisances.
Un éco-audit présente beaucoup d'avantages:
- La protection de l'environnement se fera ensuite de façon systématique. Au lieu de réparer en premier lieu les conséquences des dégâts d'une gestion mauvaise, la commune priviliégera leur prévention.
- Une politique active et offensive de protection de l'environnement a valeur de modèle et constitue une motivation supplémentaire pour les citoyens. * Une protection systématique de l'environnement pourra induire - comme dans les entreprises - des économies de coûts financiers. * Un éco-audit peut être une motivation supplémentaire pour les fonctionnaires et les hommes politiques et leur permettre une meilleure identification avec leur travail.
- La prise de conscience sur les qualités et les points faibles de la gestion de l'environnement au niveau de la commune facilitera le dialogue avec les citoyens et permettra de prendre des décisions ciblées et mieux acceptées.
Pour les communes comme pour les entreprises il y a la même règle : à court terme, la protection de l'environnment coûte plus d'argent (par exemple en isolant des bâtiments, en embauchant un responsable de l'environnement, en commandant une étude de la consommation énergétique). Mais déjà à moyen terme, les coûts diminuent de beaucoup, parce que les investissements permettent de faire des économies.



LES AUTEURS

Ina Ranson
Ina Ranson est allemande, philologue de (...)
+ de 34 article(s)



Seconde partie : de nouvelles manières de faire

- Le difficile pari d’une formation/action commune à des personnels d’institutions différentes intervenant sur le même territoire
- Contrats de gestion des espaces naturels
- Poitiers : un projet d’agglomération cohérent pour harmoniser le développement
- La Maison de l’Environnement de Châlons-sur-Saône, une structure d’animation originale
- La Caisse Solidaire du Nord-Pas-de-Calais : une initiative citoyenne et régionale
- Une approche territoriale dans la lutte contre l’exclusion et pour le développement local. Les actions de la Mission d’Information Professionnelles de la communauté urbaine Le Creusot-Montceau les Mines
- Construire le quatrième niveau du dialogue social. L’action de l’Union Régionale (UR) CFDT dans les domaines de l’emploi et de l’insertion en Poitou-Charentes
- Correspondants de nuit à Rennes
- Besançon : un carrefour d’échanges de savoir-faire pour le développement durable
- Des outils régionaux au service de la politique locale des grandes villes du Poitou-Charentes
- Présentation de l’association "Générons Ensemble des Acteurs pour de Nouveaux Territoires Solidaires" (GEANTS)
- La naissance de l’association DELOS CONSTELLATION
- La coopération décentralisée bilatérale entre la région Picardie et le Zou Nord au Bénin
- Villes du Nord et du Sud. Meaux et Campina Grande
- Institutions méditerranéennes : le Plan d’Action pour la Méditerranée
- Ecocycle, un exemple de coopération décentralisée en bassin méditerranéen


1999-2009 Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire. RSS Mentions légales Suivre la vie du site