|

www.alliance21.org > Groupes de travail > Groupes thématiques > Yin-Yang (relation masculin-féminin) > Fiches d’expérience

Yin-Yang (relation masculin-féminin)

Quand les femmes inventent des voies non-violentes pour gérer les conflits

Compte-rendu de la session de La Haye

Compte-rendu de la session de La Haye

En présentant leurs conclusions à la conférence de La Haye, les participantes ont essayé d'introduire une perspective plus large sur la prévention et la résolution des conflits, leurs propres expériences et réussites illustrant combien la construction de la paix, pour être efficace, doit également porter sur les comportements sociaux qui favorisent le recours à la violence.

Pendant l'atelier préparatoire de 3 jours à Amsterdam, les participantes ont décrit la situation de conflit dans leur pays, et partagé leur expérience individuelle ou collective sur la manière de gérer ce conflit, et leurs initiatives en vue de sa résolution et pour la construction de la paix. A la fin du troisième jour de l'atelier, nous avions atteint deux conclusions principales. En premier lieu, nous avons étendu la définition de la "guerre" au-delà des limites du conflit armé. Notre seconde conclusion commune en tant que groupe était le succès des stratégies féminines créatives et non-violentes dans la résolution des conflits.

Nadia Leïla Aissaoui a ouvert la session en parlant de l'origine de l'idée de l'Alliance pour un Monde responsable et solidaire d'organiser une session sur les femmes et la paix à la Conférence de La Haye. Continuant la présentation, Ipek Ilkkaracan a expliqué le contexte de la collaboration entre l'Alliance pour un Monde responsable et solidaire et Women for Women Human's Rights (WWHR), un ONG basée en Turquie. Elle a parlé des expériences récentes de WWHR dans l'activisme pour la paix. WWHR avait originellement réservé l'espace de cet atelier pour partager les expériences du réseau WINPEACE , mais vu les difficultés, a décidé de partager cet espace avec l'Alliance, qui organisait un atelier préparatoire sur les femmes et la paix à Amsterdam en vue de l'Appel de La Haye. Ipek a ajouté que participer à cet atelier avait été une expérience enrichissante, car il avait été une occasion de partager plusieurs initiatives qui se sont soldées par des succès. Avant de passer aux exposés, les présidentes ont présenté les 17 femmes qui avaient participé à l'atelier préparatoire. Il a été expliqué que le groupe avait sélectionné seulement quatre exposés pour la session à La Haye au vu des limitations de temps. Le critère utilisé pour ce choix était de refléter la définition étendue de la guerre et aussi la diversité des régions et des stratégies de la paix créatives développées par les divers groupes.

Les exposés ont été faits dans l'ordre suivant :

* Angel Cassidy, Standing Against Global Exploitation, (SAGE), USA, a fait un exposé sur la définition de la prostitution comme guerre.
* Christina Calvanelli (Italie) a présenté de la part de Rita Borsellino l'Association des Femmes contre la Mafia en Italie (Rita Borsellino avait dû partir après l'atelier d'Amsterdam en raison d'engagements antérieurs) (voir fiche 5)
* Rena Tagirova de la Helsinki's Citizens Assembly, Azerbaïdjan, a parlé du conflit armé entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie à propos du mouvement séparatiste dans le Nagorno-Karabakh (voir fiche 15).
* Enfin, Marie-Louise Sibazuri du Burundi a expliqué la situation de conflit armé entre les ethnies Hutu et Tutsi au Burundi, qui a mené à une quantité substantielle de déplacements de population à l'intérieur du pays (voir fiche 16).

A la suite de ces quatre présentations, il y a eu un court débat avec le public. Une participante a commenté la définition étendue de la guerre suggérée au cours de la session en disant qu'elle avait apprécié cette perspective, qui va au-delà du conflit armé ; elle a souligné l'importance de définir toute forme systématique de violence comme un type de guerre, qui a besoin comme les autres de prévention. Elle a relevé un point de l'exposé d'Angel, où celle-ci a raconté ce qui l'avait motivé à s'impliquer dans SAGE : une expérience en tant que prostituée où elle avait sentie sa vie menacée et avait été emprisonnée avec une autre ex-prostituée, qui est devenue pour elle une source de force et d'inspiration. La participante a posé la même question aux autres, de ce qui les a motivé à faire le premier pas vers la paix. Marie-Louise, du Burundi, a raconté qu'une fois elle a échappé de très peu à la mort pendant le conflit armé, et a senti qu'il devait y avoir une raison à cela, qui a conduit à son implication active dans la construction de la paix. Caroline Brac de la Perrière a répondu pour Rita Borsellino en disant que pour elle c'était l'assassinat d'un juge par la mafia : ce juge était son frère, et elle a senti qu'un combat non-violent contre la mafia était le seul moyen de préserver sa mémoire. Pour Rena, l'initiative est partie encore une fois de l'expérience douloureuse de la perte d'un ami azeri durant la guerre.

Un dernier commentaire a rappelé l'importance du dialogue bilatéral et d'une communication ouverte dans la résolution des conflits. L'échec de la communication mène au conflit, a dit cette participante, et l'on doit préférer la communication ouverte et "négociationnelle" à la communication défensive et "positionnelle", afin d'ouvrir le chemin d'un dialogue pacifique.

Dans le cadre de la Conférence, la session était organisée sous le point d'ordre du jour "Prévention, résolution et transformation des conflits violents". Nous sommes parvenues à la conclusion qu'une analyse des causes fondamentales de la guerre en termes de rapport féminin-masculin est essentielle, parce que le phénomène de la violence a des liens organiques avec l'organisation patriarcale de la société, qui entretient la tendance à la domination et la lutte agressive pour le pouvoir. Les recommandations principales reprennent les conclusions de l'atelier préparatoire ; elles portent notamment sur l'identification des liens entre patriarcat, inégalité des sexes et violence, sur la nécessité de valoriser les initiatives locales des femmes dans la résolution des conflits, sur l'éducation à la paix.


Source : The Hague Appeal Session Report, "When women invent non-violent ways to deal with conflicts" (compte-rendu de session). Le texte complet est disponible en anglais (voir présentation).


LES AUTEURS

Ipek ILKKARACAN
Women for Women’s Human Rights, Turkey
+ de 5 article(s)



Fiches d’expérience

- Femmes et paix : quelle contribution du chantier Yin Yang à la conférence de La Haye ?
- Femmes et paix : Compte-rendu de l’atelier préparatoire


1999-2009 Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire. RSS Mentions légales Suivre la vie du site