logo du site  ALLIANCE POUR UN MONDE RESPONSABLE, PLURIEL ET SOLIDAIRE



Rapport de voyage en Palestine
www.alliance21.org > Groupes de travail > Réseaux socioprofessionnels > Chefs et cadres d’entreprise > Fiches d’expériences

Typologie des acteurs engagés dans la création de micro-entreprises et d’activités économiques dans les pays andins

par Dominique LESAFFRE -

Cinq types d'intervention dans le domaine des techniques de financement au service du développement ont été identifié dans les pays andins.
L'organisation populaire.
Elle est constitué par des personnes ou des groupes de base qui ont une certaine homogénité socio-économique. Leur activité est orientée vers la production et/ou la commercialisation. Ces organisations populaires sont dotées, dans certains cas, de spécialistes et d'équipes de techniciens, comme c'est le cas de MCCH en Equateur, ou de CEDIPAC-CONAPACH au Chili.
L'organisation d'appui.
Elle a un statut d'association, ou de fondation ou dans certains cas de société à responsabilité limitée (SARL). Elle est composée de professionnels qui s'engagent auprès des populations défavorisées. Ils appuient un "groupe-cible" déterminé. L'organisation s'appui développe, en général, ses activités dans différents domaines tels que : la formation, l'assistance technique, le soutien pour accéder aux possibilités de crédit, l'organisation, la gestion et la commercialisation.
Il s'agit, entre autres, des organisations suivantes : la FUNDAR, la Fondation Eugenio Espejo en Equateur, SOINTRAL au Chili, IDESI et CIPDEL au Pérou, la Fondation Carvajal en Colombie, FIE en Bolivie.
Les coopératives d'épargne et de crédit.
Il s'agit d'une institution financière locale qui appartient aux épargnants, lesquels ont la priorité pour l'accès au crédit. Au cours de leur évolution, les coopératives se voient souvent dans la nécessité de développer des services autres que financiers pour répondre aux demandes de leurs membres.
C'est le cas pour : la coopérative de San Francisco en Equateur, la coopérative Impulso au Pérou, la coopérative Liberacion au Chili.
La Banque privée.
Certaines banques ont très bien perçu l'intérêt que représente une partie de la population marginalisée qui ne pouvait avoir accès au crédit classique des autres banques. Différentes expéreinces de projet de crédit destinées aux micro-entreprises sont lancées par les banques. De plus, plusieurs projets lancés par des ONG ont évolué vers la mise en place de structures bancaires. C'est le cas pour la Banque de Développement chilienne, la Banque Solidaire en Bolivie, la Banque du Pacifique en Equateur.
Il existe parallèlement à ces banques des organisations créées par des groupement d'ONG qui fonctionnent comme des institutions de crédit. Elles s'appuient sur des associations de développement ou sur des universités pour assumer des fonctions liées au crédit comme le suivi et l'assistance financière. C'est la cas de FADES et d'Aned en Bolivie.
la société locale d'investissement spécialisée dans le capital à risque. Il s'agit en général de sociétés commerciales soutenues par des ONG de développement. On tente d'intégrer le secteur financier et commercial et les organisations étrangères d'aide dans ce type de société. la société d'investissement est généralement une réponse aux besoins en capital à moyen et à long terme pour le développement des petites entreprises ayant un fort potentiel de croissance, possédant un bon niveau d'innovation et ayant un impact réel sur le secteur social.
c'est le cas de Seerfindes en Colombie et D'Inversiones Desafio au Pérou. Il est évident que ces acteurs ne sont pas isolés les uns aux autres. Il existe des synergies entre organisations d'appui, sociétés d'investissement, banques (celles qui manifestent des désirs d'ouverture)et organisations populaires. Ces alliances existent mais doivent cependant se développer. Il s'agit probablement d'un des principaux défis des années à venir, avec pour objectif d'influencer plus fortement la conception des systèmes d'aide et de créer une dynamique différente au sein du monde de la finance.

La vie de micro-entreprise se trouve à une charnière entre les actions à caractère social, économique et financier. C'est ce qui explique la multiplicité des acteurs engagés dans la promotion de ce secteur. par nécessité, elle devient l'objet de plate forme ou se retrouvent aussi diverses familles de pensée économique.

URL : www.alliance21.org/2003/article2519.html
DATE DE PUBLICATION :septembre 1993