logo du site  ALLIANCE POUR UN MONDE RESPONSABLE, PLURIEL ET SOLIDAIRE



Rapport de voyage en Palestine
www.alliance21.org > Groupes de travail > Groupes thématiques > Gestion durable des sols > Sols africains

Le Peanut Scheme

par Rabah Lahmar -

L'histoire du Peanut Scheme ou "opération arachide" est racontée par René DUMONT dans deux de ses livres :"L'Afrique est mal partie" et "Pour l'Afrique, j'accuse".
A la fin de la deuxième guerre mondiale, pour faire cesser rapidement leur rationnement en graisses, les anglais avaient décidé de cultiver l'arachide dans une de leurs colonies africaines. Une vaste opération, hautement mécanisée, de culture d'arachide, le Peanut Scheme, avait été lancée, dès 1945, dans les savanes du sud du Tanganyika, l'actuelle Tanzanie. La direction de cette opération fut confiée à un amiral. Le site avait été choisi parce qu'il était dépeuplé et, de ce fait, ne posait pas de problèmes d'expulsion des autochtones. Une partie du gros matériel qui a servi à la préparation du terrain, à extirper les arbres, venait des plages du Pacifique : un héritage de la guerre.
Le climat se révéla plus sec que prévu et les sols, formés d'un mélange de sable et de gravier, devinrent, à la fin des pluies, durs comme du ciment... Le Peanut Scheme n'avait pas abouti.
L'expérience montra, par la suite, que ce milieu était peu propice à la culture de l'arachide. Si les paysans désertaient cet endroit, c'est qu'ils connaissaient mieux que les coloniaux anglais la valeurs des sols, les réalités climatiques, etc.
Cet échec avait coûté plus de 50 millions de livres sterling....L'affaire fut liquidée dans les plus mauvaises conditions.

Cet échec patent est en premier lieu le résultat de la méconnaissance des sols. Si le coût de l'opération est connu, les énormes dégâts occasionnés au milieu ne sont malheureusement pas chiffrés.
Ici comme ailleurs sur le continent Africain (voir fiche " le secret de la plaine des Timbis ")le colonisateur s'est affranchi des savoirs paysans. Après tout, il valait mieux faire confiance aux machines, résultat de son propre progrès technologique, qu'aux savoirs des paysans africains qui ne font que gratter la terre avec des outils très rudimentaires. Cela faisait partie de la mission civilisatrice du colonisateur !

URL : www.alliance21.org/2003/article926.html
DATE DE PUBLICATION :21 janvier 1997