| English |

www.alliance21.org > Groupes de travail > Groupes thématiques > Après Mumbai

Après Mumbai

Atouts et tensions de la dynamique altermondialiste

Le défi de franchir le seuil vers une nouvelle étape

Les tentatives pour mondialiser réellement le FSM et le développer au-delà de son ancrage brésilien ont réussi, car la recherche d’une véritable mondialisation des résistances et d’élaboration des voies alternatives à la globalisation capitaliste vise justement à renforcer les luttes de tous les acteurs, au Nord et au Sud, à l’Est et à l’Ouest. Après Mumbai, Porto Alegre est plus fort encore. Grâce à la ténacité des organisateurs indiens et surtout à la forte présence et à l’art de vivre des Indiens qui ont animé cet événement, nous sommes tous maintenant plus forts qu’avant.

Après cette première constatation, plusieurs leçons se dégagent. En voici quelques-unes :

- 1. Le Forum de Mumbai a surtout été une manifestation populaire, une manifestation du peuple. Par rapport à Porto Alegre, mais surtout par rapport aux Forums européens qui ont mobilisé principalement de secteurs des classes moyennes, la présence à Mumbai des Intouchables, des paysans, des organisations de femmes et de jeunes, des gens visiblement pauvres, a été largement majoritaire. Le Forum est devenu non seulement plus « mondial » ; il a été également plus « social ».

- 2. Ce forum a été aussi le scénario de cultures et de pratiques fort diverses. A Mumbai se sont exprimées au grand jour plusieurs tensions propres à un rencontre massive. On peut en identifier quelques-unes :

- Le clivage entre les activités organisées de façon centralisée et celles auto-organisées par de multiples groupes, réseaux, syndicats, associations. La plupart des séminaires et des ateliers auto-organisés (près de 1.000) étaient plus animés, plus participatifs. On peut ajouter que les activités auto-organisées ayant comme base un groupe, une association ou un réseau, basés en Inde même, ont été souvent les plus nombreuses. Autrement dit, dans les Forums sociaux, les activités « parachutées » ne marchent pas.

- Une autre contradiction frappante a été entre les gens qui manifestaient dans les rues, souvent criant des slogans et frappant sur des tambours, et ceux qui discutaient dans les salles de réunion. La diversité est une caractéristique marquante des Forums sociaux et à Mumbai elle était très nette, mais sans un dialogue entre les diverses cultures, elle peut se transformer en dialogue de sourds et les gens ne se rencontrent pas. Apprivoiser l’interculturalité demande du temps. Elle ne s’improvise pas.

- Une autre contradiction concerne les moyens d’expression. Il y a ceux qui s’expriment par le discours et l’écrit. Il y a ceux qui le font par des moyens artistiques. Pendant le Forum à Mumbai, il y a eu près de 5.000 manifestations artistiques de rue, plusieurs non répertoriées dans le programme. On peut dire que cette contradiction n’en est pas une. Cependant, le dialogue, l’articulation entre les formes d’échange basées sur le discours et celles basées sur les diverses expressions artistiques, demeure une tâche encore inachevée.

Quelques défis pour le futur

On peut en mentionner, au moins, deux :

- 1. La visibilité et la lisibilité des débats et des propositions

Se doter de moyens pour avoir une vision globale, pour faciliter une lisibilité qui mette en valeur la richesse des débats et des propositions, demeure une tâche en attente. Des efforts de documentation, de systématisation des idées élaborées dans les Forums, ont été entrepris depuis le premier forum à Porto Alegre en janvier 2001. Cette recherche de garder la mémoire des forums est loin d’être une question nostalgique. Une dynamique sans mémoire risque fort de se diluer…ou son histoire sera écrite par d’autres. Le travail de mémoire, de documentation et de systématisation est essentiel pour valoriser la richesse interculturelle, sociale et politique portée par les participants eux-mêmes. Cet effort permet de mettre en avant les nouvelles idées, les nouvelles alternatives que les acteurs sociaux sont en train de mettre en œuvre pour faire face et surmonter, jour après jour, les politiques imposées par les tenants de la globalisation néo-libérale et néo-impérialiste.
La capacité d’innovation pour que les programmes et les méthodes des prochains forums soient réellement novateurs et participatifs sera une des clés de la poursuite de la dynamique altermondialiste.

2. Les défis historiques et politiques. Sommes-nous entre le marteau et l’enclume ?

La conviction de la nécessité de franchir le seuil vers une nouvelle étape se fait de plus en plus forte, car alors que la chute du mur de Berlin et la fin de l’apartheid laissaient présager une nouvelle organisation du monde fondée sur le multilatéralisme international basé sur le droit et la démocratie, nous assistons à un tout autre scénario. Celui du règne sans partage de l’empire américain sur le reste du monde. La mondialisation néolibérale ne cesse de déployer ses tentacules aux quatre coins de la planète et ne fait qu’aggraver les inégalités entre les riches et les pauvres, entre le Nord et le Sud. Le scénario au début du 21è siècle est marqué par le passage d’une mondialisation néolibérale à une mondialisation néo-impériale (où la logique de guerre s’ajoute à la logique de concurrence mettant à nu les intérêts des Etats-Unis et de leurs alliés).

Cela dit, il y a un autre trait singulier de la situation actuelle et nous ne pouvons pas le passer sous silence : la situation est marquée par une forte poussée de la violence spectaculaire de groupes agissant en réseau. On est arrivé à un point où on commémore tous les ans les grands attentats qui ont fait plusieurs milliers de morts. Dorénavant on va vivre dans un monde où on va se souvenir tous les ans des massacres passés. C’est là un trait singulier de notre époque : l’empire nord-américain s’impose, mais au milieu des explosions. Non seulement l’Irak, mais aussi le monde arabe, les grandes villes du Nord et aussi quelques-unes du Sud, en sont la preuve.

Dans ce contexte, car c’est dans ce contexte-là qu’il faut se situer, sommes-nous entre le marteau et l’enclume ? D’un côté, un empire qui impose une logique de « pax americana » par la guerre et par le mode d’organisation sociale et politique qu’il implique ; et, de l’autre, des groupes qui organisent des attentats à répétition, sans oublier tous les réseaux mafieux, ces réseaux clandestins qui déterminent la vie de millions d’êtres humains qui survivent dans des conditions propres à l’esclavage. Dans cette logique (si l’on peut appeler cela une logique), la société civile en émergence que nous cherchons à développer ne doit pas être prise en otage.

Bien sûr, nous avons progressé depuis la chute du mur de Berlin, ou depuis la chute de l’Apartheid en Afrique du sud. Tous les progrès sont significatifs. Les forums sociaux, les alliances diverses sont importantes. La question demeure : « Comment allons-nous faire pour être, dans ces forums, par ces alliances, vraiment à la hauteur ? Ferons-nous vraiment basculer l’empire ? Serons-nous capables de sortir cette humanité de la position entre le marteau et l’enclume ? »

Le 21è siècle devra être un siècle de grandes transformations. Elles concernent notre manière de penser, de sentir, de produire, de consommer, de nous relier et de nous gouverner. Chacun le sait, mais isolé il se sent paralysé par sa propre impuissance. C’est contre cette impuissance qu’il faut réagir et cette réaction se manifeste sous des formes diverses dans le monde entier.

Pour surmonter ce défi, un large débat d’idées et de propositions est en cours dans le processus développé par les forums sociaux et par les diverses dynamiques citoyennes dans de nombreuses régions du monde. Ils peuvent et doivent apporter non seulement des réponses à ces questions, mais en plus contribuer à ouvrir dès maintenant de nouvelles perspectives pour que l’humanité puisse vivre en paix. De nos jours, ce défi est devenue une question de vie ou de mort.

Téléchargez le texte complet (avec des notes) :

  • Atout et tensions de la dynamique altermondialiste
    Gustavo MARIN (Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l'Homme)
    -
    04 fevrier 2004
    Atout et tensions de la dynamique altermondialiste


LES AUTEURS

Gustavo Marin
Directeur du Forum pour une nouvelle gouvernance
+ de 34 article(s)



Après Mumbai

- Rapport sur le Forum social mondial
- Après Mumbai : quelles avancées méthodologiques ? quels débouchés politiques ?
- Mumbai 2004, l’Économie Solidaire rencontre la People’s Economy


1999-2009 Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire. RSS Mentions légales Suivre la vie du site