| Español | English |

qdn
www.alliance21.org > Quoi de neuf ?

A qui appartient la ville ? Du droit à la ville

A qui appartient la ville ? [1]De qui est la ville ? Whose is the city ? se demandait la Fondation H. Böll dans un long mémorandum préparatoire au Sommet de Johannesburg en 2002 [2]. La ville « pour qui et par qui ? » se demandait semblablement l’UNESCO en préparation de Habitat II en 1996 [3].

Nous voudrions partir de là, « du droit à la ville ». Que recouvre-t-il, au Nord et au Sud, car ce sera une caractéristique de cet exposé que d’opérer un va et vient entre les villes du Nord et les villes du Sud .

Villes du Nord, villes compétitives qu’un certain consensus social arrange bien (OCDE), générant plus-value, ségrégation spatiale entre riches et pauvres, spécialisation fonctionnelle (UNESCO).

Villes du Sud ! L’accroissement de la population mondiale est de plus en plus le fait des villes du Sud, la pauvreté y est de plus en plus urbaine car la ville du Sud n’a pas tenu ses promesses en matière d’industrialisation ; les femmes du Sud urbain portent de plus en plus le poids de la pauvreté car ce sont elles, par les jardins urbains notamment qui assurent la nourriture [4]. A Kinshasa, « on se nourrit mystérieusement » assure T.Trefon [5].

Le « droit à la ville » ce fut au départ un concept d’Henri Lefèbvre [6]. Droit d’accéder à ce qui existe déjà mais aussi, on le remarquera plus tard, droit de changer la ville selon nos désirs et nos besoins. Qui sont les dépositaires d’un droit à la ville ? les citoyens électeurs, tout résident, les usagers (par exemple, les navetteurs qui vont et viennent) ? Faut-il considérer d’autres catégories : les personnes en situation de vulnérabilité, les pauvres monétaires, les SDF, les femmes souvent isolées, les personnes âgées, les enfants et les jeunes , les minorités ethniques, les immigrés, les déplacés, les réfugiés,… ?La réponse ne fait pas de doute.

A qui puis-je opposer ce droit à la ville ? Qui peut me le garantir ?Qui est en devoir vis-à-vis de moi à ce sujet ? le concept de gouvernance urbaine [7] est plus qu’une mode. C’est le résultat d’un partage de pouvoirs, encadré par la loi, du centre vers la périphérie. Le pouvoir est distribué entre les acteurs : autorités civiles, société civile, autres parties prenantes, notamment dans le privé, les forces du marché. De la part de la société civile, c’est un processus de conscientisation, de prise de parole, de luttes urbaines, d’acquisition de capacités (enabling) et de responsabilisation par le pouvoir (empowering).

Nous voudrions citer un exemple. A Cureghem (Anderlecht), l’Institut de la Vie accueille dans son centre « Carmen Boute » des femmes d’origine immigrée principalement turque ou marocaine. En répondant à un appel de la Fondation Roi Baudouin, le centre s’est penché sur le mal-être de ces femmes. La réponse aurait pu être médicamenteuse, ethno-psychiatrique. C’est la parole qui, en définitive, s’avéra l’instrument de leur libération et de la conquête de la citoyenneté. Conquête d’un territoire géographique d’abord car ces femmes d’Anderlecht n’avaient « jamais dépassé le canal ». La conquête de la parole leur permet de s’adresser sans crainte aux administrations communales, à l’école de leurs enfants, d’étendre petit à petit le territoire, territoire de citoyenneté [8], où leur parole sera possible et entendue. Elles ont des projets, y compris celui d’un jardin communautaire, d’un parlement scolaire. Elles recevaient passivement, elles apportent… [9]

Nous voudrions décliner quelques aspects d’un droit à la ville, droit collectif autant que personnel, plus exactement d’un droit à l’espace, d’un droit à un territoire. L’espace n’existe jamais en soi ou objectivement. Il est l’espace des relations (R. Jaulin, 1999) [10] .Et pourrions-nous ajouter, ces relations ne sont pas seulement économiques.

1. Le premier droit qui vient à l’esprit, c’est le droit à un logement, autre que celui d’une bouche de métro ou d’un abri de carton. Il y a dans le monde, selon Habitat international Coalition (HIC), plus d’un milliard de personnes qui n’ont pas un toit adéquat, un lieu où vivre en paix et en dignité. 70 % de ces personnes sont des femmes suivant le COHRE (Centre on Housing Rights and Evictions).

2. Le droit à la ville, c’est aussi celui de se nourrir. En Afrique et dans beaucoup de villes du Sud, l’AU apporte 20-40% de la nourriture. Cet apport n’est pas comptabilisé dans les statistiques agricoles d’un Ministre de l’Agriculture. Les villes africaines, villes en explosion démographique, sont, à la suite de l’exode rural, des villes d’agriculteurs, détenteurs d’un savoir-faire agricole. On parle, à leur propos, de rurbanisation.

Chez nous, les jardins ouvriers évoquaient jadis des significations importantes dans le budget étriqué des ménages. Leur signification nouvelle aujourd’hui sera largement appréciée au cours de ce colloque. Producteurs et consommateurs ne sont séparés que par quelques kilomètres, parfois quelques mètres. A l’inverse, je lis dans un rapport que les aliments d’une grande surface américaine ont parcouru en moyenne quelque 2500 kilomètres.

3. Le droit à la ville, c’est aussi le droit à un environnement sain, à une ville en santé. A Butembo (RDC), ville aux 500 sources polluées, le droit à une eau potable.

C’est le lieu d’évoquer le rôle de l’AU dans le traitement des déchets organiques en Afrique. Compostés, ils rendent à la terre sa fertilité. Des technologies appropriées, par exemple à Dakar, permettent une rentabilisation des eaux usées dans les jardins [11]. De plus en plus en Afrique, les déchets sont une matière première. En Chine, les déchets humains sont compostés .

Santé des villes et santé des humains sont étroitement reliées. La gestion des déchets par l’AU contribue à l’assainissement des villes. On peut nous rétorquer qu’il y a des « jardins pollués ».

Mais la santé ne se définit pas seulement en termes de santé physique : elle est aussi, selon l’OMS, un bien-être moral et social. On évoquera la signification dans la société actuelle des fleurs que l’on offre , que l’on regarde , ou encore le rôle du jardin dans la conservation de la santé physique , morale des personnes âgées.

4. Le droit à l’espace en ville, c’est aussi le droit à des déplacements aisés. Rôle des transports publics accessibles à tarification différentiée.

Conclusion

Revendiquer un espace, un territoire en ville ? Ce n’est pas seulement une question de m2 , d’espace à mesurer pour divers appétits de routes, de bureaux,.. C’est demander le plein exercice de droits plus fondamentaux (le droit au logement, à une ville en santé, à des transports aisés,…). C’est ouvrir des espaces pour la rencontre, la créativité, l’exercice de la citoyenneté, pour la beauté, le plaisir, le lien plus important que le bien selon P. Viveret [12]. Les jardins partagés en sont un magnifique exemple.


LECTURES COMPLEMENTAIRES

  • Cinq expériences de citadins pauvres de Bombay pour obtenir de l'eau
    Kalpana SHARMA (HIC (Habitat International Coalition))
    -
    10 fevrier 1995
    A Bombay, même si la ville possède un vaste réseau d'approvisionnement, l'accès à l'eau reste subordonné au statut social. Les habitants des bidonvilles et des quartiers les plus pauvres, n'étant pas reconnus comme membres à part entière de la société, ne disposent pas des facilités d'approvisionnement, et doivent payer l'eau bien plus cher que le prix officiel.
  • Fiches d'expériences du chantier Gestion des Territoires
    Olivier Petitjean
    -
    03 decembre 1998
    Ce document contient 31 fiches de l'expérience de l'atelier de Gestion des territoires. Les fiches de ce document sont extraites de la base de données du DPH (Dialogue pour le Progrès de l'Humanité). Ce dossier a été constitué d'après la compilation d'expériences coordonnée par Ina Ranson, à
  • Gouvernance urbaine et quartiers populaires : un défi mondial
    Pierre Calame (FPH=Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme)
    -
    01 octobre 2000
    Pourquoi, d'abord, parler de "gouvernance" et non de "gestion publique", en donnant au mot gouvernance le sens large qu'il a en France ? Parce qu'il faut envisager le fonctionnement des villes, en particulier des grandes villes, dans toutes leurs dimensions et veiller à la qualité de l'ensemble des régulations nécessaires : économiques, sociales et politiques, publiques et privées, locales et globales.
  • La Charte Africaine de partenariat entre habitants et collectivités locales
    Pierre CALAME (FONDATION CHARLES LEOPOLD MAYER POUR LE PROGRES DE L'HOMME)
    -
    23 mai 2000
    La Charte Africaine du Partenariat énonce une série de principes directeurs définissant ensemble les conditions d'un partenariat authentique entre les habitants et les collectivités locales.
  • La vie multiculturelle de quartier, Quelles ouvertures vers l'autre ?
    (Réseau Cultures Europe / Fondation Européenne de la Culture), Réseau Sud Nord Cultures Développement
    -
    01 mars 1999
    Le Réseau Cultures Europe a organisé une rencontre d'animateurs des quartiers multiculturels urbains en Europe. Ce document présente les interrogations relatives au vécu multiculturel des quartiers et les réponses de ces acteurs.
  • Les trois pieds de la marmite (fascicule)
    Téolinda Boliva , Pierre Calame (FPH), Françoise Feugas (FPH), Karine Goasmat (FPH), Teolinda BOLIVAR (UNIVERSIDAD CENTRAL DE VENEZUELA), Pierre CALAME (FONDATION CHARLES LEOPOLD MAYER POUR LE PROGRES DE L'HOMME), Françoise FEUGAS, Karine GOASMAT
    -
    01 fevrier 2000
    Ce document regroupe les principes directeurs d'une démocratie locale renouvelée et d'un partenariat entre pouvoirs publics et habitants.
  • Penser la ville de demain : la parole des habitants
    Joël Audefroy (HIC )
    -
    01 octobre 2001
    Ce document constitue une synthèse des travaux de l'Assemblée mondiale des habitants, qui s'est tenue en octobre 2000 à Mexico.

[1A l’occasion d’un colloque sur les jardins partagés. Nous sommes le 26 avril 2005 à Charleroi (Hainaut, Belgique), une région sinistrée. Friches urbaines abandonnées par la révolution industrielle qui se transforment en jardins ; jardins partagés où l’on ré-apprend le goût de vivre ensemble ; où l’on revendique le droit à un morceau de terre ….

[2The Jo’burg-Memo, Memorandum for the World Summit on Sustainable Development, Heinrich Böll Foundation, April 2002, 79 pages.

[3Sachs-Jeantet C ., Vers la ville de la solidarité et de la citoyenneté, UNESCO , Habitat II, Istanbul, 3-14 juin 1996.

[4Villes du Nord et villes du Sud, A la rencontre de l’agriculture urbaine, Ath-Bruxelles, 25-26 septembre 2002, Actes du Colloque, Institut de la Vie, 159 pages.

[5Trefon Th., Ordre et désordre à Kinshasa, sous la direction de Th. Trefon, Africa Tervueren, Cahiers africains, nos 61-62, 2004, pp. 13-32

[6UNESCO., Politiques urbaines et droit à la Ville, dossier, 18 mars 2005.

[7Solinis G., Politique et gouvernance urbaine, Newsletter, SHS, UNESCO, Paris, janvier 2005, pp. 16-17.

[8Makedonski P.M., de Morsier Y., Ranson I., Territories, places for creating relationships : for communities of shared relations, CPP 7 bis, September 2001, Alliance for Responsible, Plural and United World, 59 pages

[9Deutsch S. , Gashugi F., Geczynski S., Loodts J., Piron V., Salhy Oumnya , Ansay M., Vivre à Cureghem, un droit à la ville. La dépression chez les jeunes mères et leurs enfants en milieu immigré, Être là et agir. Rapport à la Fondation Roi Baudouin, 2004

[10Jaulin R., Exercices d’ethnologie, PUF, Paris 1999, p. 75

[11SY Moussa, La réutilisation des eaux usées : une alternative viable pour l’agriculture urbaine en Afrique de l’Ouest in Villes du Nord et villes du Sud, A la rencontre de l’agriculture urbaine, Ath-Bruxelles, 25-26 septembre 2002, Actes du Colloque, Institut de la Vie,pp.90-100.

[12Viveret P., Reconsidérer la richesse, rapport d’étape de la mission Nouveaux facteurs de richesse au secrétaire d’Etat à l’économie solidaire, M. Guy Hascoët in Transversales, n° 70 , 2001.


LES AUTEURS

Fany Gashugi
Institut de la vie, Belgique
+ de 1 article(s)

Michel Ansay
Vétérinaire. Professeur honoraire à l’Université (...)
+ de 1 article(s)

Sarah Deutsch
Institut de la Vie, Bruxelles
+ de 1 article(s)


Thèmes abordés

-Propositions
-Analyses
-Réflexions


1999-2009 Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire. RSS Mentions légales Suivre la vie du site